Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

Profil

  • Shuroan
  • Fan de jeux (vidéo, plateaux, cartes, figurines et rôles), mais aussi de la Corée, je me sers de ce blog pour partager mes passions.
  • Fan de jeux (vidéo, plateaux, cartes, figurines et rôles), mais aussi de la Corée, je me sers de ce blog pour partager mes passions.

Où me retrouver

Ma collection Manga 

 

Xbox Live : Shuroan

PSN : Shuroan

 

Sur Myspace : http://www.myspace.com/shuroan (je ne l'utilise jamais)

Sur Allocine : http://shuoan.mon.allocine.fr

Rechercher

Shuroan's Sound

En ce moment ...

Je joue à :
- UMVC3
- KOF 13

Je lis :

- La mer des épées (R.A. Salvatore)

J'ai vu :
- ?

Je regarde :
- ?

Wish List

Rétro Gaming

- Shenmue (Dreamcast)

- Megaman 6 (Nes)

- Megaman 7 (Super Nes)

- Megaman 8 (Playstation ou Saturn)

- Double Dragon 3 (Nes)

 

Actu jeux

 

/ / /

Ordre de Mission : 

Le Medicae SAND nous convoqua : le Licteur Joseph DREDD,  le Technographe CAÏN et moi-même, le Néophyte PALPATINE, dans un des laboratoires de la Sainte Inquisition pour nous informer de notre mission. Dès notre arrivée, nous découvrîmes le Medicae SAND réalisant l’autopsie d’un corps humanoïde. Celui-ci présentait des transformations chirurgicales : greffes, transformation cellulaire… Une étude approfondie mit en évidence que les opérations, bien que réalisées par une main experte, avaient été pratiquées sans attention vis-à-vis du patient et sans anesthésie. Le plus étrange était une espèce de vers translucide ayant été implanté sur sa colonne vertébrale et servant visiblement à modifier le comportement de son hôte. La cause du décès était un rejet massif des greffes et du symbiote, celui-ci étant totalement synthétique. Ces opérations sur ce corps étant du domaine de l’hérésie et un travail d’expert, notre mission était de faire la lumière sur cette affaire. 

Informations à notre Disposition : 

Le corps appartenait à Saul ARBEST, sexe Masculin, ouvrier qualifié travaillant pour TANTALUS et résidant à SIBELLIUS / secteur CORSCALA / Zone SUD / Tour Hab 717 / Chambre 6-23. Le corps à été trouvé il y a 2 jours, les greffes remontaient à 8 jours, un avis de recherche lancé il y a 30 jours et sa carte de travail invalidée depuis 60 jours. 

L’avis de recherche émanait de Lili ARBEST, sa sœur et résidante de CORSCALA / Tour Hab 717. 

Secteur CORSCALA : voir fiche annexe – Depuis le grand incendie, le secteur est en perdition, dans l’attente d’une réévaluation depuis 37 ans. Les infrastructures sont en ruine. Seul 2 accès extérieur permettent d’entrer et sortir du secteur CORSCALA : le TRANSPOLE et le Tunnel. 

Couverture : 

Un badge de la COBLAST Section Epreuve nous a été remis comme couverture. Cette opération devait être réalisée dans la plus grande discrétion et nous avions 7 jours pour la mener à bien. 

Rapport : (Dans un souci de concision, le rapport capitalisera les informations obtenues au fil de nos investigations sans leur valeur chronologique) 

Première impression lors de notre arrivée : La Lumière du Saint Empereur n’Eclaire plus cette Zone ! Nous avons atteins les basses couches de la Ruche. Au vue de ce qui nous entourait, nous décidâmes de dissimuler la découverte du corps et d’endosser le rôle de « Récupérateur de fonds » pour la COBLAST. Grace à son expérience, le Licteur DREDD remarqua immédiatement que l’équipement des Arbitrators patrouillant dans le secteur était non conventionnel pour leur fonction. 

Nous nous rendîmes au logement de Saul et tombâmes sur Lili qui essayait de trouver des informations sur la disparition de son frère. Elle nous apprîmes que Saul était totalement honnête, ne se droguait pas et n’avait pas de dette. Il faisait correctement son travail. Son seul défaut était la boisson. Il buvait beaucoup accompagné de son seul ami Zed Evrard. Elle était très inquiète car lors de son entrevue avec l’Arbitrator Warden LOCAN, celui-ci lui fit une piètre impression, il semblait désabusé et il se mit même à pleurer. Il lui a demandé de ne jamais parler de la disparition de son frère. Elle espère que les recherches seront fructueuses car elle quitte le secteur, ayant trouvé du travail ailleurs. 

La fouille de l’appartement de Saul n’ayant rien donné, nous sommes allés glaner des informations au bar du secteur, « L’Union des Ouvriers du Tertiaire de Tantalus ». Il fut vite évident que la grande majorité des ouvriers était des narco-utilisateur, que ce bar servait de point de vente et son propriétaire, un dénommé LUNTZ le dealer. Nous apprîmes que régulièrement des personnes disparaissaient, la nuit, sans laisser de trace. La seule rumeur des « Yeux Rouges », spectres hantant à la nui tombée les ruelles du secteur,  semblaient les terroriser. Si les disparitions étaient liées, et nous n’en doutions pas, au cas ARBEST, le problème prenait de l’ampleur et il était nécessaire d’y mettre un terme rapidement. Nous avons obtenus des ouvriers que ZED avait disparut au même moment qu’ARBEST et  que les deux n’étaient plus les biens venus au bar suite à une affaire avec LUNTZ. En quittant le bar nous nous fîmes contrôler par une escouade d’Arbitrator. Là encore, un élément sur leur équipement intrigua le Licteur DREDD mais il ne put identifier la raison de ce mal être.  Ils identifièrent que nous portions des ID contrefait mais  comme le laissait paraitre leurs mines revêches, ils acceptèrent de fermer les yeux contre un pot-de-vin conséquent. 

La déchéance des lieux et la complexité de la mission émoussèrent notre Foi dans le Saint Empereur et dans la Sainte Inquisition. Nous décidâmes donc de nous ressourcer au Temple et ainsi raffermir notre Volonté et notre Détermination pour mener à bien cette mission. Le Temple, simple petite chapelle, ayant subit les ravages du temps et de la pauvreté. Seule la lumière des centaines de bougies et chandelles déposées par les derniers fidèles espérant un peu d’espoir,  ranima le feu de notre Foi et balaya l’obscurité qui nous assaillait. Nous rencontrâmes le Prêcheur FAYBAN, être faible et lâche, plus porté sur la bouteille que sur son rôle de prédicateur. Alors que nous allions quitter cette épave, n’ayant rien obtenu de sa part comme information, le Licteur DREDD détecta la présence d’une personne dans la sacristie.  Nous nous ruâmes sur place et réussîmes à intercepter Evard ZED qui prenait la fuite. Nous le poussâmes à nous raconter les évènements qui l’on poussé à se terrer dans ce Temple et ce qu’il savait sur les disparitions et sur la mort de Saul. 

Lui et Saul étaient au bar comme tous les soirs. Il y a eu une altercation entre Saul et un des clients. Rien de bien nouveau, mais alors qu’ils quittaient le bar, ils furent attaqués et Saul fut blessé au ventre. Un vilain coup de couteau douloureux et sanglant. Saul demanda à ZED de l’accompagner à l’Hospice Tantalus pour être soigné. ZED refusa de l’accompagner. Le lendemain Saul avait disparu.  

L’Hospice de Tantalus est géré par le Chirurgien MORAN, homme apprécié pour sa générosité et les dons qu’apporte son bâtiment aux nécessiteux sous forme de soupe populaire et de soins gratuits. Les éléments concordaient pour accuser le Chirurgien MORAN des actes hérétiques perpétraient contre Saul. Nous nous fondîmes à la foule pendant la période de repas et purent visiter rapidement l’intérieur des lieux.  La soupe fut servit dans un grand réfectoire. Je remarquais tout de suite le grand miroir, installé il y avait peu de temps, et totalement hors propos pour un réfectoire. Sauf si ce miroir n’était qu’une vitre sans teint permettant d’observer les miséreux et de choisir parmi eux les prochains à disparaitre. Le repas terminé nous sommes retournés dans la rue pour mettre en place un plan d’action. 

Avant de pénétrer dans le complexe il fallait savoir comment les personnes disparaissaient. Nous décidâmes de monter une embuscade de nuit, période de prédilection pour les disparitions, aux fameux « Yeux-Rouges ». Alors que le temps passait, nous aperçûmes un groupe de cinq personnes dont les yeux brillaient d’une lueur rougeâtre.   Alors que nous lancions l’assaut, nous eûmes la mauvaise surprise de les voir réagir plus rapidement que nous le pensions, comme si ils étaient informés de notre présence. Après une lutte acharnée, nous ne pûmes résister à leur arsenal des plus modernes, en total contradiction avec l’environnement local. Les balles Shock eurent raison de nous et nous firent sombrer dans l’inconscience. 

Notre réveil fut des plus éprouvants. Nous étions, le Licteur DREDD et moi-même, nus, attachés sur des tables d’opérations prêt à être découpés.  Sur la table voisine se trouvait la dépouille du Technographe Caïn, démembré et dont les éléments mécaniques reposaient, tels des trophées  à ses cotés. Son visage exprimait la douleur et l’horreur qu’il avait du subir durant son opération. Alors que les effets de l’anesthésie s’estompaient, nous entendîmes des pas arriver dans notre direction. Bandant nos muscles nous pûmes arracher les liens qui nous entravaient aux tables et alors que nous nous emparions des premières choses qui nous tombaient sous la main, un scalpel et un pistolet anesthésiant pour moi et un extincteur pour DRED, entra l’horreur. Un servo-crâne d’un enfant monté sur des pattes mécaniques se terminant par tout un assortiment de lames et scie ouvrait la marche devant un techno-prêtre et deux acolytes. Invoquant le Saint Empereur j’utilisais mes capacités pour faire fuir cette caravane de mort. Le techno-prêtre et les acolytes s’enfuirent laissant derrière eux le servo-crâne qui se jeta sur nous. Le combat était inégal et nous fûmes vite acculés, DREDD mortellement blessé à la poitrine et moi-même essayant de colmater le sang qui s’écoulait de mon œil crevé par une des lames de cette maudite créature. Usant de mon don de guérison je permis à DREDD de reprendre suffisamment de force pour gêner le monstre et me permettre de l’abattre avec mon dérisoire scalpel. Notre stratégie fut couronnée de succès et dans un hurlement d’enfant écorché s’éteignit la monstruosité. Nous étions en sang, gravement blessé, dans la plus simple des parures, nous ne pouvions que fuir cette zone. Un simple échange de regard avec DREDD confirma sa détermination à continuer notre mission. Nous étions dans la place, nous ne pouvions la quitter sans les renseignements que nous étions venu querir.  

Nous nous glissions de couloir en couloir, cherchant désespérément de quoi nous apporter un peu d’aide dans notre situation des plus périlleuses. Dans la cuisine, alors que nous récupérions des couteaux et couvercles de chaudrons pour nous en faire des boucliers, nous découvrîmes avec horreur, que la nourriture servant à la confection de la soupe populaire, était à base de corps humains. Les reliquats d’expérience gisaient dans des conteneurs prêt à être transformer en condiment. Le souvenir de notre repas en ces lieux quelques heures auparavant nous leva le cœur et nous quittâmes ce lieu avec la plus grande des célérités. Nous suivîmes un couloir débouchant sur une porte dissimulée qui donnait dans le couloir principal de l’Hospice. Ayant pu enfin nous repérer nous nous glissâmes vers le réfectoire pour essayer de pénétrer dans le local dissimilait par la glace sans teint. Dans la pièce nous découvrîmes cinq créatures similaires à ceux qui nous avaient capturées précédemment qui passaient le temps en jouant aux cartes. Voyant les armes négligemment posées sur la table de jeu nous décidâmes de jouer de surprise et d’essayer de s’en saisir. Alors que j’essayais de bloquer les armes à distance, un grand vent s’engouffra dans la pièce et nous fûmes tous projetés au sol, armes et mobilier se mélangeant. Voyant les créatures de plus près et à la lumière nous découvrîmes que leur mains étaient agrandie et renforcée, ainsi que leur corps à la peau translucide et cireuse. L’attaque ne jouant pas en notre faveur nous décidâmes d’un retrait stratégique vers la porte dérobée. Les créatures, plus lentes, nous suivirent mais ne connaissant pas l’existence de la porte disparurent dans le bâtiment. Profitant de cette accalmie, nous retournâmes dans le réfectoire. Pendant que DREDD récupérait une des armes encore en état de fonctionner, je m’atteler à détruire la glace murale. Alors qu’elle explosait en morceau nous découvrîmes les secrets qu’elle dissimulait. La pièce contenait de nombreux appareils biomédicaux qui analysaient et collectaient des informations sur les personnes présente dans le réfectoire.  C’est grâce à ces appareils que le choix de futures victimes était réalisé. Nous prîmes des disques de données * - Eléments transmis lors du débriefing -*. Nous quittâmes la pièce juste avant le retour des créatures, qui reprirent leur activité come si rien ne s’était passé. Comme nous le pensions leurs fonctions comportementales avaient été modifiées. Alors que nous nous dirigions vers les escaliers pour visiter les étages supérieurs, nous nous fîmes agresser par une des créatures dissimulées derrière le pupitre de l’accueil. Les épreuves mentales que nous avons vécues et la soudaine apparition de la créature eurent raison de la santé mentale du Licteur DREDD et il fut pris de monomanie obsessionnelle qui nous obligea à fuir le combat et à nous réfugier dans le monte-charge. Une brève visite des sous-sols ne nous permit pas de trouver le moindre indice. Nous rabattant vers l’étage supérieur nous découvrîmes un sas frappée du logo Bio-Hasard. Derrière ce sas un laboratoire des plus avancé avait été mis en place, des éprouvettes et des bacs à  culture remplissaient les bancs. La vue de certaines étiquettes me fit frémir : peste bubonique – cholera – ebola Alors que je laissais DREDD dans le couloir et que je cherchais un stimulant pour sortir le Licteur de son état, je fuis assailli par une créature dissimulée dans la pièce. DREDD, dominé par sa folie, ouvrir le feu sur la créature, égrenant ses balles électriques dans la pièce. Le résultat ne se fit pas attendre et une énorme explosion souffla les murs, la créature et moi-même, me trouvant à ce moment au centre de la pièce. Sonné mais miraculeusement épargné par le souffle, je me précipitais pour dégager DREDD du cadavre de la créature qui lui avait fait office de bouclier. Alors que je relevais le Licteur, sorti d’une pièce adjacente, nous nous trouvâmes face à face avec le Chirurgien MORAN qui avait été attiré par le bruit de l’explosion. Ayant jaugé la scène, il se précipitât dans son bureau. Nous nous lançâmes à sa poursuite et pénétrâmes dans une pièce faisant office de bureau mais vide de toute présence.  

La fouille rapide du local nous permit de découvrir un coffre contenant des database, une partie de nos affaire dans une armoire et un orifice au plafond, par lequel le suspect avait du prendre la fuite. Alors que j’effectuais la fouille, le Licteur DREDD pénétra dans le passage du plafond et après quelques instants s’en extirpa tout en faisant un feu nourri vers  les créatures qui s’y trouvait. Je ne pu qu’entrapercevoir un grand laboratoire et les créatures que nous avons fuis depuis notre évasion. Nous nous sommes retranché dans la pièce voisine, condamnant l’entrée et espérant que nous allions encore une fois berner les créatures. Par la fenêtre nous vîmes les Arbitrators boucler le périmètre du secteur, preuve qu’ils travaillaient de concert avec le Chirurgien, ainsi que plusieurs « chasseurs », ces créatures aux « Yeux-Rouges » qui convergeaient vers l’Hospice. N’arrivant pas à calmer le Licteur DREDD qui dans sa folie allait nous faire repérer, je me résignais à lui injecter une dose d’anesthésiant. Sa condition mentale ou sa résilience m’obligea à lui deux dose, suffisamment pour qu’il dorme plusieurs jours. Je descendis DREDD par la fenêtre avant de le suivre. En jouant au « chat et à la souris » avec les Arbitrators, je transportais le corps du Licteur jusqu’à l’appartement de Saul. Arrivé sur place j’effectuais des soins rapides et me rendis vers la seule personne susceptible de me fournir les drogues qui me permettraient de ranimer DREDD, LUNTZ. 

Je passais rapidement les gardes de LUNTZ et fut finalement introduit dans son antre, le niveau supérieur du bar « L’Union des Ouvriers du Tertiaire de Tantalus ». Je lui expliquais mon besoin en stimulant et que mon Maître pourrait le dédommager. Je dus lui expliquer la raison de notre présence, éradiquer les causes des enlèvements. Après une rude discutions, et voyant une opportunité de développer son commerce et d’assainir le secteur, il accepta sous condition d’éliminer le chef des Arbitrator LOCAN. Il me fournit les stimulants et je pus enfin soigner le Licteur DREDD de ses blessures, mentales et physiques. Nous profitâmes des 24 heures de repos, nécessaire pour que LUNTZ et un dénommé SIKES, ferrailleur et ancien militaire, puissent nous obtenir le matériel nécessaire à réaliser les assauts sur le poste des Arbitrators et sur l’Hospice, à monter un plan qui maximiserais les chances de réussite de l’opération et étudier les databases que nous avions récupéré dans le coffre de MORAN . 

Le plan était simple, créer une diversion : à la charge de LUNTZ et de notre coté, dès que les Arbitrators quittaient le poste, nous faisions un raid éclair, et nous occupions de LOCAN. Marqué par la catastrophe qui a ravagé le secteur il y a plusieurs années, LUNTZ utilisa cette peur et incendia le Temple (un symbole encore fort dans le cœur des habitants) ce qui engendra un mouvement de panique et mobilisa une grande partie de la population et des forces de l’ordre pour restreindre l’incendie. Nous attendîmes quelques instants et lançâmes l’attaque du poste des Arbitrators. Notre stratégie fut payante car la résistance fut mineure à l’intérieur du bâtiment. Nous mîmes la main sur LOCAN et avons essayé de le faire parler. Malheureusement il était sous l’effet de l’Obscura dont il avait développé une addiction. Les seuls informations « sensées » qu’il a put nous fournir portaient sur les LOGOMANCIENS, apparemment  un groupe ayant prit le contrôle du secteur, les Arbitrators seraient à leurs ordres ainsi que l’hospice et le Chirurgien. C’est à ce moment que le Licteur DREDD mit le doigt sur l’élément qui le perturbait depuis son arrivé dans le secteur, le symbole de l’Adeptus Arbites sur les plastrons des gardes était perverti, le poing tenant la balance avait été remplacé par une roue dentée, similaire à celle de l’Adeptus Mechanicus. Cela expliquait aussi le type d’arme atypique que nous avions récupérer sur le corps des garde encore présent dans le poste de police. Nous ramenâmes MORAN et le laissâmes à la charge de LUNTZ qui fut ravi de parler à un de ses clients mauvais payeur. De notre coté nous nous lançâmes vers l’hospice Tantalus. 

Nous pénétrâmes par la fenêtre qui nous avait permis de nous évader, et nous accédâmes au laboratoire secret de l’étage. Grande fut notre frustration en découvrant que l’endroit était vide et ses locataires enfuit. Il ne restait que le Chirurgien MORAN qui semblait abattus. Fait étrange son apparence était totalement humaine, et ne ressemblait pas à la vision d’horreur que nous avions vu à notre réveil dans l’hospice : un technoprêtre avec la peau d’un visage grimaçant fixé sur son crane. Nous fîmes captif de chirurgien et l’emmena sous bonne garde auprès de LUNTZ. La disparition du technopretre concordait avec celle des faux Arbitrators qui avaient fuient le secteur. 

Avec l’aide de SIKES nous pûmes appeler notre contact pour un rapatriement et une décontamination. 

ASPIRANT PALPATINE PSYKER IMPERIAL ACOLYTE DE LA SAINT INQUISITION

Partager cette page

Repost 0